Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
Démarches
en ligne
Infos Travaux

Travaux avenue Beausejour

Les conférences-débats de La Hague

Le cycle des conférences-débats de La Hague se veut chaque année dans le cadre de la programmation culturelle, un moment de rencontres et de réflexion avec des spécialistes reconnus, autour d’un thème, d’un enjeu, mis en avant par l’actualité. Ces conférences visent à nous aider à acquérir des connaissances, des compétences, des valeurs et des attitudes qui nous aident à devenir des acteurs responsables qui contribuent à créer un monde plus soutenable.

Thème de l’année 2022 : Paysages, jardins et biodiversité

La Hague est un territoire aux paysages agricoles, naturels et bâtis remarquables, reconnus et protégés. Aussi, le cycle de conférences-débats proposé pour cette nouvelle saison nous invite à porter un autre regard sur ces grands espaces, ces chemins, ces rues, ces jardins, et cette biodiversité qui nous entourent ; un regard attentif à l’histoire dans laquelle, du paysage au jardin, ils se situent ; un regard aiguisé sur les enjeux qu’ils supportent aujourd’hui.

Conférence n°1 : “De l’émergence du paysage à sa protection et gestion”




Jean-Luc Cabrit est membre permanent au Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), au ministère en charge de l’environnement. Il a signé ou co-signé de nombreux rapports sur le classement de sites ainsi que sur la politique du paysage en France et en Europe.

Jean-Luc Cabrit propose un retour à l’origine de la notion de paysage, depuis son émergence dans l’art, son importance croissante dans le domaine du patrimoine au cours des XVIIIe et XIXe siècles jusqu’à l’institution dans la loi des principes de sa protection, en particulier celle du 2 mai 1930.
La protection des sites et monuments naturels est au fil des décennies, passée du classement de sites ponctuels à celui de grands ensembles paysagers, et d’une politique de conservation pure à une gestion dynamique, posant ainsi les limites de l’action de l’Etat, et la nécessité d’associer les territoires et les habitants à cette gestion.
Cette conférence abordera en particulier la notion de pittoresque, base du classement du site de La Hague en 1992 et évoquera les significations et les exigences que ce critère implique pour que « l’esprit des lieux » y demeure toujours.

Conférence n°2 : “Jardinisme et paysagisme : enjeux contemporains”



Ingénieur, architecte, historien et écrivain, Jean-Pierre Le Dantec a publié de nombreux essais ou anthologies consacrés à l’art des jardins et des paysages, et est considéré comme le spécialiste du sujet.

Si l’art des jardins est aussi vieux que le monde, et s’il a constamment rassemblé, dans son espace clos, beauté et nécessité, le paysagisme, lui, est une discipline professionnelle née dans la seconde moitié du XIXème siècle avec le développement industriel et urbain, qui vise à concilier l’esthétique du cadre de vie, naturel et construit, et la protection-amélioration de celui-ci en matière de santé publique, de gestion des ressources naturelles, de biodiversité, de loisirs, etc. C’est dire l’importance capitale du jardinisme et du paysagisme en un temps de crise environnementale majeure.

En narrant et expliquant, à partir d’une succession d’exemples puisés dans l’histoire française depuis le Second Empire, l’évolution de ces deux pratiques conjointes, Jean-Pierre Le Dantec tentera de faire comprendre leurs enjeux cruciaux actuels.

Conférence n°3 : “Biodiversité et société”


Pierre-Henri Gouyon est professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle, à l’AgroParisTech, à Sciences Po et à l’ENS. Il appréhende les questions ayant trait à l’évolution, à la génétique, à l’écologie, à la biodiversité et à la bioéthique et est largement impliqué dans les débats concernant les relations science-société en général.

Pourquoi et comment préserver la biodiversité, dans un contexte où celle-ci est menacée aujourd’hui ? Pierre-Henri Gouyon propose pour répondre à cette question, d’appréhender la biodiversité dans une approche évolutionniste et dynamique ; plus particulièrement un équilibre dynamique, qu’il compare à un vélo qui ne tient en équilibre que lorsqu’il est en mouvement. Partageant le constat que cette dynamique du système est entrée dans ce qui est appelé une dynamique d’effondrement, il explique pourquoi la solution n’est pas de congeler la diversité mais de redonner de la dynamique au système et de favoriser en particulier les mécanismes qui la gardent en mouvement.